Le monologue d’Adramélech


Première diffusion : 9 janvier 1983, ACR, « Abécédaire 4 », produit par Jean-Loup Rivière.

Après L’Atelier volant, monté en 1974 par Jean-Pierre Sarrazac, Valère Novarina veut prendre ses distances avec la scène et décide d’écrire du
« théâtre sans frein, dans la tête ». Ce sera Le Babil des classes dangereuses (éditions Christian Bourgois, « TXT », 1978) : plusieurs centaines de personnages, dont Adramélech, qui occupe le centre de ce « roman théâtral ». Le monologue (un des plus longs de l’histoire du théâtre), détaché du Babil, est créé pour la radio avant de l’être pour la scène, par Alain Cuny, sous la direction de Jean-Loup Rivière.
Par la suite, ce monologue a été joué au théâtre par André Marcon dans le cadre du festival d’automne en en 1985. Il a été de nouveau créé par Jean-Yves Michaux le 22 février 2009 au théâtre de Vidy-Lausanne dans une mise en scène et au milieu de peintures de Valère Novarina.
Le Monologue d’Adramélech est au centre du Babil des classes dangereuses qui vient d’être réédité par P.O.L en janvier 2011. Il a aussi fait l’objet d’une publication indépendante aux éditions P.O.L (2009).

Le Discours aux animaux


Première diffusion : 28 mai 1989

Le Discours aux animaux, monologue, écrit plus de dix ans après celui d’Adramélech, a été créé au Théâtre des Bouffes du Nord, le 19 septembre 1986 par André Marcon. Une partie seulement du livre éponyme est jouée et sera publié plus tard indépendamment sous le titre L’Animal du temps, aux éditions P.O.L (en 1993). A la suite de la création, André Marcon a été enregistré deux fois, d’une traite, dans une cave de Saint Emilion, au milieu des fûts. C’est une de ces deux prises, faite hors studio et dans un lieu naturel, qui sera diffusée sur France culture en 1989.