LE BABIL DES CLASSES DANGEREUSES


Réédition, P.O.L, 2011
Publié en 1989 dans le volume Théâtre


 « Boucan animal, concert des tuyaux. Bal, poussée des chars, tout le monde qui roule, monte au poteau. A ceux qui creusent, qui poussent sans fin, brandissent l'outil, Bouche et Oreille répètent toujours : le Babil des classes dangereuses, faut qu'il cesse ! Au repas les paroles ! Au concert les museaux ! Muséum des nourritures, des maladies dans la parole et des repas des animaux. Antipodistes et hommes-canons, record des morts et course en trou. Entrée du défilé par la sortie. Gendrée du perpétuel des morts, dialogue des matières, musée des mixtures. Chute de l'épisode de reproduction en cours. Encore pire ! Au moteur métronomique ! A la machine à réciter la suite ! Allegro perpétuel. Les langues luttent dans les postures. Bouche et Oreille reviennent toujours, faire le refrain, remettre au pas, conduire au point et asphyxier. Chaîne de résurrection. A reculons, dans la représentation continue, le numéro le plus difficile du monde, des mots horribles, sonoribus, l'homme portant rythmus, le cœur son métronon. » Quatrième page de couverture.

 

OREILLE.
Qu'est-ce qu'ils font ?
BOUCHE.
Ils soufflent dans leurs instruments. Brouhaha, tintamarre, font au loin leurs babils.
OREILLE.
Qu’est-ce qu'ils font ?
BOUCHE.
Ils soufflent dans leurs instruments. Brouhaha, tintamarre, font au loin leurs labils.
Rébus. Les autres, des pieds, ils dansent la diapasonne au son du métronon. Rébus. Rébus. Rébus. Rébus.

 


Le Babil des classes dangereuses a été publié, pour la première fois, chez Christian Bourgois, dans la collection « TXT », en 1978.
Le Monologue d’Adramélech, qui sera joué séparément, est extrait du Babil des classes dangereuses.


versions pour la scène


Trois des six actes du Babil des classes dangereuses- ont été créés au Théâtre National de Marseille le 13 janvier 1984, dans une mise en scène de Jean Gillibert. Reprise à Paris, au Centre Georges Pompidou, la même année.

2003 - Le Babil des classes dangereuses, mise en scène de Maria Zachenska, L’Étoile du Nord, Paris, 22 septembre-26 octobre 2003.


enregistrements radiodiffusés


Le Babil des classes dangereuses, réalisation Georges Peyrou, avec Claude Piéplu, Michel Baudinat, Jean-Marie Patte, Roseliane Goldstein, France-Culture, 17 avril 1980.



Le Babil des classes dangereuses, réalisation Blandine Masson, lecture dirigée par Denis Podalydès de la Comédie Française, avec Eric Berger, Jacques Bonnaffé, Cécile Bouillot, Marcel Bozonnet, Sulian Brahim de la Comédie Française, Christophe Brault, Cécile Brune de la Comédie-Française, Judith Chemla, Loïc Corbery de la Comédie-Française, Olivier Cruveiller, Yaël Elhadad, Marie-Sophie Ferdane de la Comédie-Française, Catherine Hiegel de la Comédie-Française, Jérôme Kircher, Manuel Lelièvre, Pierre Louis-Calixte de la Comédie-Française, Dominique Parent, Denis Podalydès de la Comédie-Française, Gilles Privat, Catherine Samie de la Comédie-Française, Laurent Stocker de la Comédie-Française et Thibault Vinçon. Musique et bruitages : Blaise Merlin et Christian Paccoud accompagné du Gros Choeur, France culture, 6 février 2011.


enregistrements audio et vidéo


Valère Novarina lit Le Babil des classes dangereuses, TXT, Essais de voix n°1, cassette, 30 minutes, 1979
« Too late ! », « Vapoune et Orifufe - Rébus », dans Valère Novarina, Le Vrai sang, lectures de l’auteur. Notes, fragments, photographies et entretiens, documents sonores réunis par Pascal Omhovère, CD, Editions Héros-Limite/P.O.L, 2006.
Le Monologue d’Adramélech, par André Marcon, vidéo réalisée par Richard Ugolini, production Ex- Nihilo, 1986.


à propos de : Le Babil des classes dangereuses

BORER, Alain, « Vive la langue ! », Phantomas, n° 158, décembre 1980, p. 95-98.

CLAVEL, André, « Le Babil des classes dangereuses de Valère Novarina », Les Nouvelles littéraires, n° 2623, 16-23 février 1978, p. 24-25.

PIERRON, Agnès, « Le Babil des classes dangereuses », Dictionnaire des œuvres du XXe siècle, Le Robert, « Les Usuels », 1995.

VUARNET, Jean-Noël, « Le Babil des classes dangereuses », Critique, n° 38, février 1979, p. 215-216.