"Un homme parle à des animaux, c’est-à-dire 
à des êtres sans réponse. Il parle à 
trois cents yeux muets. Il prononce Le Discours aux animaux qui 
est une suite de onze "promenades", une navigation dans 
l’intérieur, c’est-à-dire d’abord dans sa langue 
et dans ses mots. Un homme parle à des animaux et ainsi 
il leur parle des choses dont on ne parle pas : de ce que nous 
vivons par exemple, quand nous sommes portés à nos 
extrêmes, écartelés, dans la plus grande obscurité 
et pas loin d’une lumière, sans mots et proches d’un dénouement."

Le Discours aux animaux par André Marcon à Metz,
suivi d’une rencontre avec Valère Novarina
Le dimanche 24 novembre à 15h,
au Grenier de Chèvremont - Musée de la cour d’or
Rue du Haut Poirier, Metz