« Une île s’est détachée du Babil : Le Monologue d’Adramélech. Un homme (Adramélech ? Adam ?) entre et parle. On entend cette langue d’en-dessous, qui vient du plus enfoui et que l’on cherche à faire taire. Elle est parcourue d’échos, de répétitions, de variations – et s’écroule. Prophétie comique. Allegro perpétuel. Adramélech se sauve ; Adramélech est sauvé. La parole devient torrentielle, impérative et s’amplifie jusqu’au vertige. »

Texte, mise en scène et peintures Valère Novarina

Avec Jean-Yves Michaux

Collaboration artistique Céline Schaeffer

Régie Richard Pierre

THÉÂTRE SORANO

35, allées Jules-Guesde

05 34 31 67 16



Réservations par téléphone : 05 81 917 919