LE DISCOURS AUX ANIMAUX


publié chez P.O.L. en 1987

"Un homme parle à des animaux, c’est-à-dire à des êtres sans réponse. Il parle à trois cents yeux muets. Il prononce Le Discours aux animaux qui est une suite de onze "promenades", une navigation dans l’intérieur, c’est-à-dire d’abord dans sa langue et dans ses mots. Un homme parle à des animaux et ainsi il leur parle des choses dont on ne parle pas : de ce que nous vivons par exemple, quand nous sommes portés à nos extrêmes, écartelés, dans la plus grande obscurité et pas loin d’une lumière, sans mots et proches d’un dénouement."

Quatrième page de couverture de la première édition.
"Un jour j’ai joué de la trompe ainsi tout seul dans un bois splendide et les oiseaux vinrent se pacifier à mes pieds quand je les nommai un à un par leurs noms deux à deux : la limnote, la fuge, l’hypille, le scalaire, le ventisque, le lure, le figile, le lépandre, la galoupe, l’encret, le furiste, le tion, le narcile, l’aulique, la gymnestre, la louse, le drangle, le fugile, le ginel, le tripa, le semelique, le lipode, l’hippiandre, le plaisant, la cadmée, la fuyau, la gruge, l’étran, le plaquin, le dramet, le vocifère, le lèpse, le huseau, la grenette, la galéate, la sorme, le rintien, la treuse, l’épandrille, l’ousbie, la magre, le lorme, le litiange, l’évert, le scalet, le frille, la mulse, l’ascardille, l’oublet, le nadon, l’étrule, le frigite, le meule, l’ampoud, l’amilite, l’ectoir, le vecti, l’asebanne, le bulgat, le murse, l’appeloir, le fendriaud, l’entigue, le malbas, le marnet, le ramble, l’alieur, le vérant, le tridel, le gaspe, l’anfuse, le rangin, l’étourbe, le jumeli, l’atropase, l’iscarde, l’anvette, la ouspe, le hugret, le frille, le drilet, le merculique, le balieux, l’ondre, le vigre, le garmant, le modrel, le house, l’apartillon, le viliosse, le fouixe, l’aspireau, le moal, la fulque, la fusite, l’antrifuge, l’ormix, le lépandre, le gireur, le salsupe, l’oucarde, la membrillonne, l’ormant, le fleuge, le palistre, le louime, l’ulien."

version pour la scène

Le Discours aux animaux a donné lieu à deux versions pour la scène.


L’Animal du temps, créé le 19 septembre 1986 par André Marcon, sous le titre Le Discours aux animaux, au Théâtre des Bouffes du Nord, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris.

L’Inquiétude, seconde partie du Discours aux animaux, a été créé le 12 juillet 1991, par André Marcon, dans une mise en scène de Marc Blezinger, Festival d’Avignon, Chapelle des Pénitents Blancs ; reprise au Théâtre de l’Athénée du 26 novembre au 20 décembre dans le cadre du Festival d’Automne à Paris.

autres mises en scène

1990 - Les Enfants de la colère d’après Le Discours aux animaux, par les élèves du Lycée Colbert, mise en scène d’Anthony Pilar, Maison du Geste et de l’Image, Théâtre en actes.

1993 - Guillaume, ou le cirque des maladroits d’après L’Inquietude et L’Animal du temps, par les élèves de l’atelier théâtre du Lycée Victor Hugo, sous la direction de Marion Ferry et de Paul Laurent, dans le cadre des activités de la Maison du Geste et de l’Image, Centre Georges Pompidou, Paris, 27 mai.

1994 - Vie des IV Jean, d’après Le Discours aux animaux, mise en scène de Michel Liard, Nantes, 15 février.

1995 - L’Animal du temps, mis en scène et interprété par Louis Castel, Studio St-Roch, Avignon, 9 juillet.

2005 - Le Discours aux animaux, L’animal du temps (1re partie) et L’inquiètude (2e partie), avec Serge Pillot, mise en scène de Renaud Lescuyer, Compagnie Persona, Théâtre desMarronniers, Lyon, 30 novembre-18 décembre 2005.



enregistrements radiodiffusés

Le Discours aux animaux, par André Marcon, France Culture, le 28 mai 1989. Rediffusion le 30 janvier 2011 dans le cadre de l’émission Théâtre et Cie, France Culture.

L’Inquiètude, par André Marcon, Festival d’Avignon 1991, France Culture, 27 octobre 1991.

enregistrements sur disque compact

Le Discours aux animaux, version pour la scène par André Marcon, disque compact, éditions Tristram, 2004. Edition en un seul volume des CD parus en 1988 et 1993 L’Animal du temps et L’Inquiètude.


traductions

Rede an die Tiere, (extraits du Discours aux animaux) suivi de Unser Wort (Notre parole), traductions de Brigitta Restorff, dans Extreme Gegenwart - Französische Litteratur der 80er Jahre, Christina Baumann et Gisela Lerch dir., Allemagne, Brème, Manholt Verlag, 1989.



à propos de : Le Discours aux animaux

ALEXANDRE, Jérôme, "Le Discours aux animaux", La Gazette Jaune, n° 2, Théâtre d’Evreux, juillet 1989.

GAY, Annie, "L’acteur délié", Théâtre/Public, n° 66, 1985.

HELLIOT, Armelle, "Le livre d’André", Le Quotidien, 2 octobre 1986.

KLAUSSNER, Emmanuelle," Le Discours aux animaux", La Croix, 8 octobre 1986.

LA BARDONNIE, Mathilde, "Robinson Marcon dans l’océan Novarina", Libération, 16 juillet 1991.

LAROCHE, Hadrien, "Une Musique pour tous les animaux", entretien avec Valère Novarina, Les Inrockuptibles, n° 17, 1989.
"Des Animalités, le pire et le propre de l’homme chez Novarina", La Gazette Jaune, n° 2, Théâtre d’Evreux, juillet 1989.

MEREUZE, Didier, "Le Discours aux animaux", Témoignage Chrétien, 29 septembre 1986.

PIERRON, Agnès, "Notice sur Le Discours aux animaux", Dictionnaire des oeuvres du XXe siècle, Le Robert, "Les Usuels", 1995.

REBOTIER, Jacques, "L’Animal du temps", entretien avec Valère Novarina, La Gazette Jaune, n° 2, Théâtre d’Evreux, juillet 1989.

SCALI, Marion, "André Marcon, animal sacré", Libération, 26 septembre 1986.