Décaméron - L’œil de la matière

Créé en octobre 2020 au TNC Théâtre National de Catalogne

Créé en octobre 2020 au TNC Théâtre National de Catalogne
Texte de Valère Novarina
Traduction d’Albert Arribas dirigé par Xavier Albertí
Avec Oriol Genís

Photographie © May Zircus / TNC

Décaméron
Carnaval, Comadira, Cunillé, Dimitriadis, El Hachmi, Luri, Marín-Dòmine, Morales, Novarina, Perejaume
Petite chambre
10/01/2020 au 25/10/2020
Un spectacle inaugural qui, sous l’esprit décaméronien, réunit dix voix uniques, les yeux rivés sur les nouveaux horizons que nous commençons à peine à briller

Cinquante ans se sont écoulés depuis que Pier Paolo Pasolini a tourné Il Decameron , un film inspiré du roman de Boccaccio et de son principalement des contes érotiques qui, en dix jours, sont racontés par dix jeunes hommes retirés à la campagne pour esquiver la peste bubonique qui ravageait Florence.

Le chef-d’œuvre florentin allait des contes de l’antiquité classique aux fabliauxmédiéval populaire, et avec sa sensibilité humaniste se dressait comme un pont entre le Moyen Âge et la modernité européenne. Dans son film de 1970, cependant, Pasolini a fait de la vie napolitaine le véritable protagoniste du film, dans un effort pour dépeindre l’une des rares réalités sociologiques qui résistaient encore à être absorbée par la nouvelle culture consumériste mondiale.

Le spectacle inaugural de la nouvelle saison 2020/2021 rassemble dix voix uniques sous cet esprit décaméronien, qui s’est réfugié dans les turbulences les plus dévastatrices pour ne pas se laisser entraîner par un présent déconcertant. Peut-être, dans sa pluralité, pouvons-nous trouver des points de lumière qui nous aident à nous orienter pour faire face aux nouveaux horizons que nous commençons à peine à briller.

Fantômes de la nuit (une nuit), par Narcís Comadira . Réalisé par Marta Angelat.
Avec Víctor Pi
Poetry for Zlatan (Manifeste pour un nouveau théâtre) , de Davide Carnevali . Traduction Albert Arribas . Réalisé par Ferran Dordal Lalueza. Avec Melcior Casals
La lumière du futur ne cesse de nous blesser un instant , par Marta Marín-Dòmine . Réalisé par Yvette Vigatà . Avec Carol Muakuku
Tantalum , de Dimitris Dimitriadis. Traduction Joan Casas. Réalisé par Albert Arribas. Avec Sàskia Giró
Fam, par Najat El Hachmi . Direction Ester Nadal. Avec Adriana Fuertes
Legal Saliva , de Cristina Morales . Direction Neus Suñé . Avec Desirée Cascales Xalma
L’arboricultor , de Perejaume . Réalisé par Mia Parcerisa. Avec Paula Blanco
The Blind Hope , de Gregorio Luri . Réalisé par Glòria Balañà Altimira . Avec Pepo Blasco
Une visite au Musée Criminologique , par Lluïsa Cunillé . Réalisé par Imma Colomer. Avec Lina Lambert
L’œil de la matière , par Valère Novarina . Traduction Albert Arribas Dirigé par Xavier Albertí . Avec Oriol Genís