Pierre et le lac

dans PIERRE CARAN, Thérèse Joly, éditions des Amis de Pierre Caran, 2015.

Ouvrage édité à l’initiative de Thérèse Joly.
Textes : Valère Novarina — Michel Butor — Emmanuel Boussuge.
Aux éditions des Amis de Pierre Caran, 2015.

Pierre Caran
Né au Havre en 1940
Passe son enfance à Cervens en Haute-Savoie, suit ses études secondaires à Thonon-les-Bains où sa famille s’installe et poursuit ses études supérieures à Lyon.
En 1966 il entre à la Maison de la Culture de Thonon-les-Bains comme documentaliste, participe à des stages d’art dramatique et suit des études de Sciences Humaines à Grenoble.
En 1968 la Maison de la Culture devient la Maison des Arts et Loisirs où il est nommé animateur, responsable des expositions et de la programmation du cinéma. Il collabore aux choix des spectacles et installe la bibliothèque-discothèque municipale.

De 1969 à 1982 à la Maison des Arts, il met au service du public un grand nombre de manifestations et d’expositions prestigieuses. En 1974 il crée le Festival International du Cinéma Indépendant dont il est le délégué général pendant 9 ans durant lesquels il présente plus de 300 films rares ou inédits et invite plus de 100 réalisateurs.

En 1984 on lui demande d’organiser la nouvelle Médiathèque dans l’ancien couvent de la Visitation et en 1985 il est nommé directeur. Il entreprend alors une action culturelle profonde, tisse des liens avec d’autres structures pour de multiples collaborations.
En 1987 il participe avec 300 représentants de milieux culturels et scientifiques français à un voyage à Moscou : Initiative 87.
En 1991 et 1992 il crée l’Association Médiathèque Animation pour lancer, avec l’Agence Rhône-Alpes du Livre (l’ARALD) – la Direction régionale des Affaires culturelles (la DRAC) – l’association Lettres Frontières (manifestation littéraire majeure dont il est un des fondateurs) – les villes de Genève et Annemasse, Le Bateau Livre sur le lac Léman. Un nombre important d’écrivains, d’éditeurs, de traducteurs, de libraires participent.
En 1999 il reçoit la médaille Fellini de l’UNESCO pour sa contribution à la recherche et aux images dans le cadre du festival du Cinéma indépendant.
En 2000 en collaboration avec le CNRS, nouvelle manifestation consacrée aux créateurs multimédia Art Image et Convivialité.
En 2001 il crée avec le soutien de Image et Science les Nouvelles Rencontres de l’Image et organise des colloques internationaux inspirés avec enthousiasme par Valère Novarina sur Madame Guyon – Joseph de Maistre. Atteint d’un cancer son état de santé ne lui permet pas d’assister à ce dernier colloque ; il projette tout de même de nouvelles rencontres sur Saint-François de Sales. Hélas très affaibli par une aggravation soudaine il quitte toute activité dans ce domaine.

Entre 2003 et 2008 sous l’effet de cette maladie intrusive au traitement dévastateur il s’éloigne de toute vie active, se réfugie dans un monde fermé pour créer dans l’urgence, avec force, une œuvre très singulière et des textes.

Pendant de nombreuses années il fut membre du Comité de rédaction et correspondant de presse de Scène Magazine – Genève.

Pierre Caran décède le 15 juillet 2008.

2009 – Exposition des œuvres de Pierre Caran – Chapelle Saint-Bon à Thonon-les-Bains.

2015 – Collection “livre Pierre Caran”.

2016 – “Regards sur l’œuvre artistique de Pierre Caran”, article dans Le Dauphiné

2016 – Exposition des œuvres de Pierre Caran – La Halle Saint-Pierre.

2016 – Article dans blog « Le poignard subtil ».