L’ANIMAL DU TEMPS


publié chez P.O.L. en 1993.

 


 "Peu fier d'avoir un corps qui se voit, j'avais surtout grand'honte d'avoir après ma mort à vous laisser un corps qui reste ; rien que d'y penser de le voir en dépouille j'en avais déjà honte pour lui. Ma mère disait : Donne-le à la terre ! Je pensais : Mais pourvu qu'elle accepte ! J'aspirais à être en bois bref, ou en métal métalluré, et non en chair qui va nulle part." Quatrième page de couverture.


 Un homme marche parmi les tombes. " A l'Animal du Temps ! " , " Au chien qui ! ", " A la viande et à Autrui ! " Animaux à cerveaux, regardez l'inscription : ils ont gravé leurs tombes dans des planchers. " Ici repose l'homme sans les choses : tout est sans moi. " Voici les tombes qui sont gravées : j'ai vu les noms des phrases écrites sur un caillou. Lui qui a écrit dans la nuit : " Lumière du monde est sans raison. " Et lui : " Ci-gît mon trou sans soif. " L'autre ici : " J'ai vécu sans terre d'inscription. " Lui dit : " Le monde a été monté sans socle et nous obligés d'habiter en civière et il n'y a aucune colonne au monde qui porte personne qui est. "C'est une parole d'un danseur. Lui dit : "Gloire aux musculassiers, honte aux médicinins ! " Il dut souffrir de l'hôpitau. " Gloire aux succèdesseurs, honte aux prédécessants." Même si les corps ont disparu, la tombe répond toujours encore à nos questions et nous lisons encore les pierres des noms chutés des sphères et les sons des tombés. Arpente, garçon ! La tombe répond.


version pour la scène

L'Animal du temps, première partie du Discours aux animaux, a été créé par André Marcon au Théâtre des Bouffes du Nord, le 19 septembre 1986, dans le cadre du Festival d'Automne à Paris.


autres mise en scène

O Animal do Tempo, (première partie du Discours aux animaux / Discurso aos Animais), traduction de Angela Leite Lopes, mise en scène d’Antonio Guedes, avec Ana Kfouri, Forum Em Cena, Espaço Sesc, Brésil, Rio de Janeiro, 18 juillet 2009.


enregistrements audio

L'Animal du temps (Le discours aux animaux, 1) par André Marcon, CD, Auch, éditions Tristram, 1993. Réédité en un seul volume avec L’Inquiétude, Tristram, 2004.


traductions

L'Animal du temps, traduction allemande de Leopold von Verschuer (à paraître)

El Animal del tiempo, traduction espagnole de Fernande Gomez Grande, 2003 (suivi de Para Louis de Funès et de Carta a los actores)
L'Animale del tempo, traduction italienne de Gioia Costa, Bulzoni editore, 2003
Animalul Timpului, traduction roumaine d'Antonia Cristinoi, éd. Omonia, Bucarest-Timisoara, 2006
O Animal do tempo, traduction en portugais du Brésil d'Angela Leite Lopes, Sette letras, 2007
L'Animal du temps traduction en grec de Louisa Mitsacou, Athènes, éditions Nefeli, 2007

à propos de : L'Animal du temps


ALEXANDRE, Jérôme, "Le Discours aux animaux", La Gazette Jaune, n°2, Théâtre d'Evreux, juillet 1989.


KLAUSSNER, Emmanuelle, "Le Discours aux animaux", La Croix, 8 octobre 1986.


LA BARDONNIE, Mathilde, "Robinson Marcon dans l'océan Novarina", Libération, 16 juillet 1991.


LAROCHE, Hadrien, "Une Musique pour tous les animaux", entretien avec Valère Novarina, Les Inrockuptibles, n°17, 1989.


LAROCHE, Hadrien, "Des Animalités, le pire et le propre de l'homme chez Novarina", <i<La Gazette Jaune, n°2, Théâtre d'Evreux, juillet 1989.


MEREUZE, Didier, "Le Discours aux animaux", Témoignage Chrétien, 29 septembre 1986.


PIERRON, Agnès, "notice sur Le Discours aux animaux", Dictionnaire des œuvres du XXème siècle, Le Robert, "Les Usuels", 1995.


REBOTIER, Jacques, "L'Animal du temps", entretien avec Valère Novarina, La Gazette Jaune, n°2, Théâtre d'Evreux, juillet 1989.


GAY, Annie, "L'acteur délié", Théâtre/Public, n°66, 1985.


HELIOT, Armelle, "Le livre d'André", Le Quotidien, 2 octobre 1986.


SCALI, Marion, "André Marcon, animal sacré", Libération, 26 septembre 1986.