L’ENVERS DE L’ESPRIT


P.O.L, juin 2009


La marche en montagne est une excellente école pour saisir comme l’esprit se retourne. Il y a un « autrement » (substantif désignant l’action du verbe autrer) au passage d’un col, et à l’entrée à l’envers dans une vallée nouvelle. Et de chaque côté de la montagne on pense et on parle légèrement « autre ». Veränderung. J’imaginais qu’une pensée balkanique, sortant des Alpes, s’étendait sur toute l’Europe centrale et orientale et bien plus loin : du Léman à la Volga — une façon de penser qui ne craignait pas le miroitement du réel, la complexité compliquée, la réversibilité — et la jouissance, et la joie, et la délivrance par le pluriel.


traductions

A Cselevo szo szinhaza, (Le Théâtre du mot agissant : "Le langage se souvient", "Une langue maternelle incomprénsible", "Les cendres"), traduction hongroise de Veronika Kovacs, Zsofia Rideg, Eniko Sepsi, Hongrie, Budapest, Raacio, 2009.

An incomprehensible Mother Tongue (Une langue maternelle incompréhensible), traduction américaine d’Amin Erfani, New York, Martin E. Segal Theatre Center Publications, 2015.