L’ESPACE FURIEUX


Publié chez P.O.L en 1997. Nouvelle publication chez P.O.L en 2006.

 « Au lointain est allumé le néon Je suis. Entrent Jean Singulier, Sosie, Le Vieillard Carnatif, La Figure Pauvre, L’Enfant d’Outrebref, L’Enfant Traversant. Six acteurs, six appelants. Appeler tout le théâtre ici et lui demander de ne rien représenter. Attendre de lui une vue, qu’il se déchire, qu’il s’ouvre sur ce qui nous saisit et qui est incompréhensible : la parole.
Je suis est le contraire de moi. » Quatrième page de couverture.
L’ENFANT D’OUTREBREF.
Le commencement du temps doit s’arrêter - à moins qu’il s’ouvre maintenant sur son dénouement.
Le danseur chute.
Lève-toi !
JEAN SINGULIER, au sol.
Pourquoi ?
L’ENFANT D’OUTREBREF.
La mort n’est pas vraie.
Le danseur se relève.
Au lointain le néon " Je suis " est toujours allumé.

versions pour la scène

L’Espace furieux, version théâtrale de Je suis, a été créé au Théâtre de la Bastille, à Paris, le 17 septembre 1991, par Laurence Mayor, Aude Briant, Roséliane Goldstein, André Marcon, Daniel Znyk, Michel Baudinat.

JPEG - 141 ko
Thierry Gründler

L’Espace furieux a été créé au Théâtre de la Comédie-Française le 21 janvier 2006 dans une nouvelle mise en scène de l’auteur, par Catherine Salviat, Christine Fersen, Gérard Giroudon, Véronique Vella, Alexandre Pavloff, Daniel Znyk, François Chattot et Christian Paccoud, Richard Pierre, Matthieu Dalle.


autres mises en scène

1997 - L’Espace furieux, extraits, par Jacques Bailliart, Musée Niepce, Chalon-sur-Saône.
1998 - Scènes de L’Atelier volant et de L’Espace furieux (Ritratto di un artista), par Sandro Lombardi et Valère Novarina, Théâtre de la Pergola, Festival d’Automne et Festival Intercity, Italie, Florence, 13 octobre.
2013 - L’Espace furieux, mise en scène de Louis Dieuzayde, Atelier de Création de l’Université d’Aix-Marseille, Théâtre Antoine Vitez, Aix-en-Provence, 23-27 avril.


traductions

Lo Spazio furioso, traduction italienne de Gioia Costa, Italie, Gènes, Costa & Nolan, 1996. Précédé de « Il nostro corpo più vicino e il linguaggio » et « Valère Novarina, lettre à la traductrice ».

Spatiul furios, traduction roumaine de Paola Bentz-Fauci, Hongrie, Bucarest, Vremea, 2007.

à propos de : L’Espace furieux

Entretiens

GUNTHER, Sabine, « Theater im kopf und für die Ohren », entretien avec Valère Novarina, Basler Zeitung, 8 août 1992.

FAURE, Marion, « Rencontre avec Valère Novarina », Journal des Trois théâtres, n° 18, Comédie-Française, janvier 2006, p. 3-6.

RENAUDE, Noëlle, « Offrir le théâtre aux acteurs », entretien avec Valère Novarina, Théâtre/Public, n°101-102, septembre-décembre 1991, p. 9-13.

Articles

BABIN, Isabelle, « “ Faire lever des figures”, L’Espace furieux de Valère Novarina », Incertains Regards – Cahiers dramaturgiques, n° 3, Y. Butel, L. Dieuzayde (dir.), Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2013, p. 25-31.

DIEUZAYDE, Louis, « Le théâtre de la chasse à l’homme », Incertains Regards – Cahiers dramaturgiques, n° 3, Y. Butel, L. Dieuzayde (dir.), Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2013, p. 11-23.

HUTHWOHL, Joël, « Les habitants de L’Espace furieux », Journal des Trois théâtres, n° 8, Comédie-Française, janvier 2006, p.12-15.

MAMBRINO, Jean, « L’Espace furieux de Valère Novarina », Études, tome 404, n° 4, avril 2006, p. 529-531.

SOLIS, René,« L’Espace furieux, pure novalangue », Libération, 28-29 janvier 2006, p. 5.