LE VRAI SANG


Publié chez P.O.L en 2011.


L’HOMME DE VAUVERDANNE.

Apportez ici le cercueil de ma tête, que je lui rechante une chanson active pour la réveiller. Voici la chanson à ma tête : « Je vous salue ma tête pleine de peurs, vous êtes bannie entre toute les flammes, dont méjusse, le pire de votre valetaille, a jailli » ; « Je vous conspue ma terre pleine de heurts, vous êtes partie entre toute les failles, et ujusse, le fruit de vot’poitrail est nourri » ; « Je vous berlue ma chair vide de pleurs, vous êtes issue entre toute vos larmes, et mujusse, sorti d’vot’soupirail, est pourri ». J’aime la pensée : ses yeux, sa cire froide, sa toison noir feu, sa parole au regard d’acier. « Notre pire qui êtes sans mieux, donnez-nous aujourd’hui notre rien pour manger davantage et achevez-nous. Pour ronger ce monde dans votre joie débordante. »

Mercredi six janvier cinq mille cinq cent septante-dix mille onze cent onze mille onze de onze, je dois maintenant, devant vous, venir mettre fin à mes jours par cette date d’aujourd’hui signée sur cette pancarte et par ce chanvre terminal qui tourne rétrograde dans le vide... Cordon, s’il vous plaît ! Néant ? avec moi ! Suites-séquelles de mes jours, venez que je vous y attacherasse pour que vous vous y pendrilliassiez, pour que vous me délaississiez !

version pour la scène

Le Vrai sang , texte, peintures et mise en scène de Valère Novarina, avec Julie Kpéré, Norah Krief, Manuel Le Lièvre, Mathias Levy, Olivier Martin-Salvan, Christian Paccoud, Dominique Parent, Myrto Procopiou, Agnès Sourdillon, Nicolas Struve, Valérie Vinci & Richard Pierre, Raphaël Dupleix, collaboration artistique Céline Schaeffer, scénographie Philippe Marioge, lumière : Joël Hourbeigt, costumes : Renato Bianchi, musique : Christian Paccoud, improvisations au violon : Mathias Levy, dramaturgie : Pascal Omhovère et Adélaïde Pralon. Créé à l’Oédon-Théâtre de l’Europe, le 5 janvier 2011.
Tournée en France de janvier à avril 2011.


à lire : Théâtre public, n° 200

Dossier consacré au Vrai sang : fac-similé des carnets de mise en scène, photos d’Alain Fonteray, extrait et texte inédit de Valère Novarina, texte critique d’Isabelle Babin.


Isolé du Vrai sang : Je, tu, il

Je, tu, il, Editions Arfuyen, Paris, 2012.


à propos de : Le Vrai sang

NOVARINA, Valère, « Notes d’atelier », États provisoires du poème, X, « Théâtre et poésie », Villeurbanne/Le Chambon-sur-Lignon, Théâtre National Populaire/Cheyne, 2010, p, 137-148.

« Difficile sortie d’animal », version pour la scène de Le Vrai sang, IV,1, suivi d’un cahier couleur avec des extraits de carnets de mise en scène et des photos du spectacle d’Alain Fonteray, Théâtre/Public, Dossier « Quel moi ? », n°200, avril-juin 2011, p. 6-16.

BABIN, Isabelle,« "Aujourdhui, jour du niement", Le Vrai sang de Valère Novarina », Théâtre/Public, Dossier « Quel moi ? », n°200, avril-juin 2011, p. 17-20.

GUICHARD, Thierry, « Ça va saigner », dans le Dossier « Valère Novarina », Le Matricule des anges, n°119, janvier 2011, p.24.