"Point de fuite : vue traversante", conférence de Valère Novarina dans le cadre du cycle de conférences "Parler d’art / Parlare d’arte"

De la rue Brera àMilan, où dans la salle numéro XXIV de la Pinacothèque rayonne La Madone entourée d’anges et de saints de Piero della Francesca, ˆ Lausanne où le musée de l’Art Brut cache aujourd’hui dans ses réserves Le pays des météores peint par le Voyageur fran ais en 1902 - et enfin àVarallo, au milieu des quatre-vingt seize personnages de la Strage degli Innocenti, Valère Novarina, montrant quatre images qu’il porte toujours sur lui , se demandera ce qu’il faut fuir et ce qu’il faut traverser. Confrontant deux pages de Jean Damascène et d’Eisenstein, il démontrera que si la peinture est dressée devant nous, c’est pour nous dire Lève toi et marche. Voir est un drame.

Rome, Villa Medici, Viale Trinita dei Monti, 1