VOUS QUI HABITEZ LE TEMPS


publié chez P.O.L en 1989

 "Vous qui habitez le temps se déroule en cinq scènes d’exposition successives, un entracte visible, et huit scènes de dénouement. Toute la pièce est construite à partir de la circulation, de la gravitation des personnages. Il y a ceux qui ne passent qu’une fois, ceux qui passent deux fois, ceux qui n’apparaissent qu’à la toute fin. Ce ne sont pas des personnages avec des identités sociales ou psychologiques definies, mais des hommes qui se tissent en parlant sous nos yeux."

Extrait d’un entretien.

JEAN-FRANÇOIS.
Enfant déjà enfant, j’avais aussi décidé de laisser la fin du temps en suspens. Voulez-vous mourir du temps avec moi ?
L’ENFANT DES CENDRES.
La lumière est parmi nous. Notre corps vit enterré dans sa lumière. La lumière n’est pas parmi nous.
Entre un danseur. Il danse.
Il dit avec les bras qu’il y a une chose vivante et surement en raison à l’intérieur de la raison.
JEAN-FRANÇOIS.
Il dit : La lumière nuit. Il dit avec ses bras : Le temps n’existe pas. Il dit : Si les animaux pouvaient parler, ils auraient rien à dire. Il dit : Même dans la nuit, la parole se transmet. Il dit : La parole transmet aussi la nuit avec elle.
Le danseur s’arrête.
De même que si l’on cesse de parler, la lumière cesse et s’évanouit.
Le théâtre s’éteint.

version pour la scène

Vous qui habitez le temps a été créé le 13 juillet 1989, salle Benoît XII à Avignon. Mise en scène et peintures de Valère Novarina, scénographie de Gauvin, musique de Jacques Rebotier, avec Michel Baudinat, Roséliane Goldstein, Daniel Larrieu, Louis-Do de Lencquesaing, Laurence Mayor, Pascal Omhovère, Dominique Parent, Anne Wiazemsky, Daniel Znyk. Repris pendant le Festival d’Automne à Paris.


autres mises en scène

1990 - Vous qui habitez le temps, mise en scène de Rachel Prigent, groupe de théâtre du Lycée français de Berlin.
1991 - Vous qui habitez le temps, par le Groupe Kraft, Théâtre Municipal de Roanne, 17 mai.
1991 - Le Vivant malgré lui, d’après Vous qui habitez le temps, mise en scène d’Alain Piallat, Toulouse, 8 octobre.
1994 - La Tête de l’homme, d’après Je suis et Vous qui habitez le temps, mise en scène d’Alain Piallat, Figeac, 4 novembre.
1995 - Der Forscher von Falbala- "trialogue", extrait de Le Monologue d’Adramélech, Vous qui habitez le temps, Lettre aux acteurs, traduction et interprétation de Leopold von Verschuer, création à la Studiobühne de Cologne, 28 avril.
1995 - Vous qui habitez le temps, mise en scène de Claude Buchvald, Le Lavoir Moderne Parisien, janvier.
1997 - Vous qui habitez le temps, lecture mise en espace de Claude Poissant, Montréal, 25 mai.
1997 - Vous qui habitez le temps, parcours théâtral dans la ville de Lyon, mise en scène de Sylvain Cavailles et Eric Vautrin, groupe Après Villenoise, 14 juin de 14h à 21h.
1999 - Vous qui habitez le temps, mise en scène d’Eric Zobel, Le Horlieu, Lyon, 3-13 mars 1999.
2005 - Vous qui habitez le temps, adaptation pour trois manipulateurs et leurs marionnettes, mise en scène de Nicolas Goussef, Théâtre de la Commune, Aubervilliers, 8-10 novembre 2005.


enregistrements radiodiffusés

Vous qui habitez le temps, Festival d’Avignon, France Culture, 10 septembre 1989.


expositions

Vous qui habitez le temps, 675 x 300 cm., acrylique sur toile,
Fonds National d’Art Contemporain, 1989.


cinéma

Nouvelle vague, de Jean-Luc Godard - scènes de Vous qui habitez le temps, par Roland Amstütz, Alain Delon, 1990.


traductions

Vous qui habitez le temps, extraits, traduction de Casimir de Brito, SUD-EXPRESS, Poesia Francesa de Hoje, coordenaçao de Guilehmina Jorge, Jean-Pierre Léger e Etienne Rabaté, éditions Relogio d’Agua, Lisbonne 1993.
Der Forscher von Falbala (Le chercheur de Falbala), extraits, traduction allemande de Leopold von Verschuer, fascicule publié par le théâtre d’Evreux à l’occasion des Rencontres Ciné-Scène 1996.
Vosotros que habitais el tiempo, extrait, traduction espagnole de Fernando Gomez Grande,. Art Teatral, n°7, Valence, 1995.
Vosotros que habitais el tiempo, traduction espagnole et note de Philippe Cheron,.Critica n°65, mars 1997, Puebla Mexique.
Vocês que habitam o tempo (Vous qui habitez le temps),
traduction brésilienne d’Angela Leite Lopes, Brésil, Rio de Janeiro, Sette Letras, « coleçao dramaturgias », 2009.


à propos de : Vous qui habitez le temps


Entretiens
BUFFARD, Alain et BOZZINI, Annie, « Le temps du danseur », entretien avec Valère Novarina, Pour la danse, n°160-161, juillet 1989.
FABBRI, Sandrine, « Novarina : lumineusement incompréhensible », Journal de Genève, 9 septembre 1989.
RENAUDE, Noëlle, « Le théâtre doit nous sortir du sommeil matérialiste », entretien avec Valère Novarina, Théâtre/Public, n°90, novembre 1989.


Articles
CHAREST, Rémi, « Valère Novarina, lui qui habite les mots », L’Entrevue, Le Devoir, 25 août 1997, Montréal, Québec.
FABBRI, Sandrine, « Une nouvelle religion : la novarinie », La Gazette de Lausanne, 22 juillet 1989.
GRANDE, Maurizio, « Un Chirurgo delle parole », Rinascita, 5 aôut 1989.
PLASSARD, Didier, « Se désaliéner du réel : invitation à la (re)lecture de Vous qui habitez le temps », dans Valère Novarina, le langage en scène, Frédérik Detue et Olivier Dubouclez (dir.), Caen, Lettres modernes Minard, « Écritures contemporaines », n°11, 2009, p. 103-118.
QUIROT, Odile, « Juste avant le silence », Le Monde, 19 juillet 1989.
STRUVE, Nicolas, « Valère Novarina, Vous qui habitez le temps. Fragment (V) », dans Écritures dramatiques. essais d’analyse de textes littéraires, Michel Vinaver (dir.), Arles, Actes Sud, « Babel », 1993, p.661-674.